L'histoire de Luçon résulte de l'interaction de trois éléments qui sont chacun l'amorce d'un aspect de celle-ci :

111 la poste 150px

En regardant cette façade à la belle architecture sur laquelle figurent les armoiries de la ville,

Lors de deux recensements de 1891 et 1896, cette ruelle porte le nom de chemin du Ribon.

CharlesSochetdesTouches 140pxCharles René Dominique Sochet des Touches appartient à une famille poitevine connue depuis le XIVème siècle,

Ce quartier situé entre la rue de l'Union chrétienne et l'hôpital a été construit surtout au cours du 18ème et 19ème siècle.

Nous ne savons pas à quand remonte ce nom. Une convention datant de 1442 mentionne le bourgneuf.

Il s'agit d'un arrêtement [fait le 17 janvier 1442] par frère Jean Guillorit, procureur de l'Eglise de Luçon et du Chapître, d'une maison et verger dépendant de la procurerie sise en la rüe qui va du four du bourgneuf à Saint Sauveur(*), fief de l'évêché, moyennant 5 c de rente à la procurerie.

Le preneur Auguste Marionneau a signé.

 

* Le four du bourgneuf, également four du chapitre, était situé rue Hector Neullier au carrefour avec la rue du Grand Carmel. Le terme Saint Sauveur pouvait désigné la chapelle de l'hôpital, appelée aussi chapelle de la Madeleine et de Saint Sauveur, actuellement dénommée de la Madeleine. La maison pouvait se situer rue de l'Asile entre la rue Traversière et le coude de la rue de l'Asile.

Source, les Archives de la Vendée, côte 1 G 24, arrêtements, baux et transactions intéressant le domaine de l'évêque dans la ville de Luçon (1442-1781).