Imprimer

chateauPoiresurvie 120pxJ'avais lancé en décembre 2016 un avis de recherche pour situer une maison dénommée Pont-de-Vie à Luçon.

Acte de 1641 mentionnant le nom de maison de Pont-de-Vie

Elle est citée dans un accord de 1641 entre les mandataires de Richelieu et Jacques Sallo, mandataire de saint Vincent de Paul (1).

Voilà un extrait où est précisée la maison.

Une maison vulgairement appelée Pont-de-Vie (2), située au bourg de Luçon, consistant en un grand corps de Logis avec celliers, grande court au bout de laquelle sont les escuries et à un coing de l'autre bout est un pavillon; le jardin par derrière du logis, où demeurent à présent les Révérends Pères de la Mission, et outre le troeil, joignant au logis, est ung petit jardin autour duquel il y a un apenti qu'exploite à présent le nommé La Fourche, avecq les entrées et yssues le tout renfermé de murailles, estant des appartenances du dict Logis de Pont-de-Vie, tenant d'un costé et d'ung bout, du côté du portal du dict logis, au chemin comme l'on vient des grandes portes de l'ausmonerie de Luçon, et de l'autre costé au jardin de Jean Cottereau, seigneur du Grand Marais, et de l'autre au jardin et escuries de Jean Nault, Marie Merlaud, le seigneur de la Mongie (3), et autres ; comme aussy luy ont vendu, audict nom, un petit jardin de la Chapelle des Debonds, de laquelle est à présent Chapellain Lorains Rochereau, lesquelles maisons et jardin les dicts vendeurs ont déclaré qu'ils croient estre en fiefs de l'Archidiaconé d'Aizenay (4) et des baronnies de Luçon.

Cet acte de vente fait suite à l'offre faite par le cardinal d'une somme de 24.000 livres destinée à acheter cette maison pour servir d'habitation aux Lazaristes, missionnaires envoyés par saint Vincent.

Acte de 1755

Aujourd'hui 18 décembre 2017, une réponse est probablement apportée par le dernier numéro (5) de Au Fil du Lay de l'association ACPM. En effet on peut y lire page 88 à propos des pensions viagères de l'Union chrétienne, Le 15 avril 1755, Anne Morisson de la Naulière, religieuse de l'ordre de Saint-Chaumont, supérieure des Filles de l'Union Chrétienne de Luçon, rend hommage pour une maison, cour et jardin, à Jean Baptiste de Loynes de la Coudraye: "Premièrement une maison, cour, jardin et autres appartenances où il y avait un jeu de Paumes ; actuellement unie et incorporée à la maison de l'Union Chrétienne, laquelle maison est encore appelée aujourd'huy la Paume...". Cette maison consiste en chambres hautes, basses, antichambres, cabinets, offices, treuil, greniers, celliers, cours et plusieurs autres. Ces bâtiments sont des dépendances de la maison du Pont de Vie se trouvant dans le fief de l'archidiaconé d'Aizenay. Pour cet ensemble à chaque fête de Noël, la communauté de l'Union Chrétienne donne 10 sols de cens en devoirs nobles et féodaux pour la maison et 2 sols 6 deniers pour une galerie, un cellier et un jardin situés dans la rue qui conduit de l’hôpital à la cathédrale.

Il apparait donc que la maison Pont-de-Vie était dans l'enceinte actuelle du Carmel.

Pont-de-Vie patronyme

Il apparaît également que Pont de Vie est le patronyme d’une famille vendéenne.
Une recherche sur les généalogies montre qu’il existe un Jean de Pont de Vie né vers 1375, seigneur de Saint-Florent (Saint-Florent-des-Bois ? devenue Rives de l’Yon), seigneur de Château-Fromage (aujourd’hui sur la commune de la Roche-sur-Yon). Sa fille Jeanne, née vers 1405, épouse Jacques 1er de Bessay.

Château de Pont-de-Vie à Poiré-sur-Vie

chateauPoiresurvieIl existe également un château du Pont-de-Vie à Poiré-sur-Vie. Il fut le lieu du synode des prêtres de la Vendée en 1795, pour prendre les consignes de Mgr de Mercy, évêque de Luçon, en exil. Il deviendra le quartier général de Travot où Charrette sera conduit prisonnier après son arrestation dans le bois de la Chabotterie.

Guy de Raigniac le cite dans son tome IV  dans son "De châteaux en Logis, itinéraies des familles de Vendée". Pierre de Pont de Vie vers 1345 est cité. Il ajoute qu'un Guyon d'Aulnis seigneur du Pont de Vie de Luçon en rend aveu dès 1474 à l'Evêque de Luçon".

Village de l'Orne

Il existe un village de Pont de Vie en Normandie, aujourd’hui dans la commune de Vimoutiers (Orne).

Conclusions

On peut sans trop se tromper conclure que la maison de Pont de Vie de Luçon, située dans le voisinage de la maison des Filles de l'Union chrétienne, à l'origine était la propriété du seigneur de Pont-de-Vie, dont le territoire relevait de l'Archidiaconé d'Aizenay. Que le propriétaire en a fait don à l'archidiaconé d'Aizenay, que le nom a perduré dans sa désignation par les habitants de Luçon.situation

Mais peut-être que des lecteurs ont d'autres informations... 

Nota

(1) Benjamin Fillon, une fondation de Saint Vincent de Paul à Luçon, 1848, Fontenay, Robuchon.

(2) Ancien hôtel des seigneurs de Pont-de-Vie, paroissse du Poiré-sous-la-Roche, aujourd'hui Poiré-sur-Vie, seigneurie qui relevait de l'évêque. En 1442, Etienne de Pont-de-Vie était religieux du monastère de Luçon.

(3) Charles de Sallenove, écuyer, seigneur de la Mongie et des Fossés, frère de Robert, lieutenant de la grande Louveterie de France et auteur d'un traité sur la chasse.

(4) L'archidiaconé d'Aizenay avait un fief à Luçon qui est mentionné au XIème siècle.

(5) Au Fil du Lay n°70 paru en 2017, décembre, Association Culturelle du Pays Mareuillais